Chapitre 6

Inclus pour tous les âges

Doter les écoles et les centres d’apprentissage de matériel informatique

© Photo: Solidarité Suisse-Guinée

L’ONU Genève équipe depuis des années des écoles et des centres d’apprentissage de plusieurs pays africains en leur cédant du matériel informatique. Des ordinateurs et autres appareils informatiques de l’ONU Genève sont distribués à des organisations non gouvernementales (ONG), à des missions permanentes et à des bureaux d’observateurs permanents dans le cadre du Programme de donation de matériel informatique.

Les organisations participantes, telles que l’ONG Solidarité Suisse-Guinée basée à Labé (Guinée), font souvent parvenir le matériel donné à des écoles et des centres d’apprentissage dans lesquels les jeunes acquièrent des compétences techniques qui pourront les aider à atteindre leurs objectifs professionnels.

Le Programme de donation de matériel informatique est aussi bénéfique pour l’environnement, puisqu’il permet d’offrir une deuxième vie à un quart des équipements électroniques dont l’ONU Genève se sépare. Le matériel, qui est généralement donné au bout de cinq ans d’utilisation, est toujours en parfait état de marche. En 2019, une trentaine d’organisations ont pu bénéficier du Programme et ont reçu au total 600 ordinateurs, 600 écrans, 200 ordinateurs portables et 100 imprimantes.

Apprendre davantage sur le Programme de donation de matériel informatique.

Beate Andrees

Experte de l’Organisation internationale du Travail sur le travail forcé
« À l’heure actuelle, 152 millions de filles et de garçons travaillent. Pire encore, plus de la moitié sont engagés dans les pires formes de travail des enfants et triment dans des conditions dangereuses. Certains sont même parfois victimes d’esclavage ou de traite. »
Regarder vidéo

Faire participer les jeunes

© ONU Photo - Francois Vioud

La série Iceberg 

Les histoires de vies sauvées, de conflits évités et de droits protégés sont souvent négligées par les médias traditionnels, alors même qu’elles sont nombreuses, nous inspirent et devraient être relatées et partagées le plus largement possible. Créée par l’ONU Genève, la série Iceberg se compose de neuf livres qui racontent les histoires émouvantes de personnes qui s’attachent à trouver des solutions à leurs problèmes, qui sont ceux que rencontrent chaque jour des millions d’autres personnes de par le monde.

Lire les livres électroniques.

Regarder le dessin animé.

 

La pollution plastique 

La pollution plastique est l’une des plus grandes menaces pour la vie, sur la terre comme sous l’eau. Il est essentiel d’agir, à l’échelle individuelle aussi bien que collective, pour restaurer et protéger les habitats naturels. Afin de sensibiliser les jeunes et les adultes et de leur apprendre à adopter un comportement respectueux de l’environnement, l’ONU Genève a imaginé Phantom − Une histoire sur la pollution plastique, un livre pour enfants qui raconte les aventures sous-marines d’une baleine qui décide de lutter contre la pollution plastique.

Lire le livre numérique et apprendre comment protéger les habitats naturels contre la pollution plastique.

Jeunes Reporters et KidsWannaKnow

Les jeunes ne représentent pas seulement notre avenir, ils sont aussi notre présent. L’ONU Genève s’efforce de mettre à leur disposition les connaissances et les outils dont ils ont besoin aujourd’hui pour contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable d’ici à 2030.

Depuis 2015, des lycéens sont invités au Palais des Nations pour participer au programme Jeunes Reporters à l’ONU Genève, dans le cadre duquel ils peuvent rencontrer des experts venant de diverses organisations et parler avec eux de leur travail et des problèmes actuels. Les Jeunes Reporters ont l’occasion de poser des questions afin de mieux comprendre les enjeux internationaux et d’en savoir plus sur les mesures prises pour y répondre.

Le programme KidsWannaKnow permet à de jeunes élèves de venir au Palais des Nations pour interviewer des experts de la Genève internationale sur des thèmes en lien avec la coopération internationale. En 2019, près de 200 élèves ont participé à des débats sur des sujets tels que le désarmement nucléaire, l’égalité des genres ou la pollution plastique. Les intervenants venaient d’organismes des Nations Unies, d’autres organisations internationales, d’ONG et du monde universitaire.

Regarder des vidéos tournées pendant des sessions du programme KidsWannaKnow et pour en savoir plus sur les enjeux internationaux et sur les mesures qui sont prises pour y répondre.

Projet Changement de perception :

Agir en faveur de la réalisation des objectifs de développement durable, en Suisse et ailleurs

© James Geen Photography

PechaKucha 

Le Pecha Kucha est un format de présentation unique, venu du Japon, qui combine exposé oral et projection de 20 diapositives qui se succèdent toutes les vingt secondes. L’ONU Genève et le Centre d’accueil de la Genève internationale ont contribué à l’organisation d’événements Pecha Kucha, l’objectif étant d’offrir aux participants des occasions informelles d’étendre leur réseau et d’assister à de courtes présentations animées par des experts venus de Genève et d’ailleurs.

Six événements Pecha Kucha ont été organisés en 2019 dans plusieurs lieux, dont le Palais des Nations, et plus de 200 personnes ont assisté aux présentations.

Abonner à la lettre d’information.

Impact Stories 

Afin de faire connaître les effets positifs qu’ont les activités de la Genève internationale sur la vie des populations du monde entier, l’ONU Genève publie tous les mois une lettre d’information fort intéressante intitulée Impact Stories of International Geneva. On peut y lire des histoires qui ne sont pas toujours relatées dans les médias traditionnels mais qui viennent indéniablement nous rappeler l’importance des travaux de l’ONU et des autres organisations internationales à Genève.

Lancée en 2018, la lettre d’information compte plus de 600 abonnés (40 % en Suisse et 60 % dans le reste du monde).

Carte en 3D

Depuis la fondation du Comité international de la Croix-Rouge, Genève est le siège de nombreuses organisations internationales qui sont déterminées à œuvrer ensemble en faveur de la paix mondiale, des droits et du bien-être de tous.

Afin d’exposer plus clairement les rôles et domaines de compétence de chaque organisation basée à Genève, l’ONU Genève a créé une carte en ligne interactive et en 3D. Cette carte de la Genève internationale, qui énumère les cinq objectifs principaux de chacune des organisations, donne à l’utilisateur la possibilité d’en savoir plus sur tous les projets menés à bien dans un si petit périmètre et l’aide à se repérer dans cet espace international à nul autre pareil.

Découvrir la Genève internationale en 3D.

© James Geen Photography

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et les bibliothèques de France

Mille cinq cents bibliothèques de la France entière ont uni leurs forces pour mieux faire connaître les 17 objectifs de développement durable. Inspirées par la brochure de l’ONU Genève « 170 actions quotidiennes pour transformer notre monde », les bibliothèques participantes ont élaboré une liste de mesures quotidiennes que les bibliothécaires peuvent prendre à l’appui du Programme 2030. La liste a été publiée en ligne avec d’autres ressources dont le public peut se servir pour mener des campagnes de mobilisation. Un forum a aussi été mis en ligne afin de permettre aux personnes intéressées de publier des informations sur les mesures qu’elles ont prises à leur niveau pour atteindre les objectifs de développement durable.

Savoir ce que vous pourriez faire pour contribuer à atteindre les objectifs de développement durable.

Sustainability Week Switzerland 

Mobilisant plus de 400 étudiants, l’organisation Sustainability Week Switzerland a organisé 27 « semaines de la durabilité » dans 14 villes suisses afin de sensibiliser le grand public à la question de la durabilité. Portant plus particulièrement son attention sur les jeunes et les établissements d’enseignement supérieur, l’ONU Genève a collaboré avec différents partenaires afin de fournir des affiches sur les objectifs de développement durable et d’autres supports utiles aux campagnes de sensibilisation.

Rencontres dans le cadre du projet Changement de perception 

Lors de rencontres mensuelles organisées en 2019 par l’ONU Genève dans le cadre du projet Changement de perception, les participants ont parlé de leurs expériences professionnelles au sein des organisations partenaires et ont donné des exemples de leurs activités et des résultats obtenus. Les interventions des représentants des organisations partenaires ont porté sur des thèmes précis. Ainsi, l’Ipsos a présenté les travaux qu’elle mène sur les perceptions et les fausses idées. Des chercheurs de l’Université de Genève sont venus parler des comportements à adopter pour rendre les initiatives entreprises plus durables. Des collègues de l’Union européenne de radiodiffusion ont présenté des outils et des ressources permettant de lutter contre les fausses informations. Le partenariat fructueux mis en place entre le Fonds des Nations Unies pour l’enfance et Procter & Gamble a fait l’objet d’une session organisée en collaboration avec l’Action pour la Genève internationale et son rayonnement (AGIR).

Bourses d’études sur le désarmement

Des participants au Programme de bourses d’études avec le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres (Photo : compte Twitter du Bureau des affaires de désarmement).

Afin de former des jeunes représentants d’États Membres et de leur donner les moyens de participer plus activement aux processus internationaux relatifs au désarmement, l’Assemblée générale a lancé, en 1978, le Programme de bourses d’études des Nations Unies sur le désarmement.

Plus de quarante ans plus tard, le Service de Genève du Bureau des affaires de désarmement de l’ONU continue d’accueillir chaque année des boursiers dans le cadre de ce Programme unique en son genre. Quelque 1 033 boursiers venant de 170 États ont bénéficié du Programme depuis sa création. Beaucoup d’anciens boursiers travaillent aujourd’hui pour les services diplomatiques de leurs pays respectifs ou pour des organisations internationales ou sont des membres actifs de la société civile et des milieux universitaires, et contribuent de manière non négligeable et positive aux efforts déployés à l’échelle mondiale en faveur du désarmement, de la paix et de la sécurité.

En 2019, 25 boursiers originaires de 25 pays ont entamé leur formation à l’ONU Genève avant de se rendre dans 11 pays différents afin de visiter des institutions internationales et des organismes nationaux chargés de la sécurité, du désarmement et de la non-prolifération.

Savoir plus sur les expériences qu’ont vécu des participants au Programme.

Les jeunes soutiennent la durabilité à l’ONU Genève

© ONU Photo - Andrew Martin

L’inclusion des personnes de tous les âges est une valeur centrale de l’ONU Genève, qui s’attache tout particulièrement à donner aux jeunes les moyens de prendre part aux processus multilatéraux. En 2019, de nombreux lycéens sont venus au Palais des Nations pour participer à des manifestations et pour en apprendre davantage sur l’Organisation à l’occasion de visites guidées.

Toujours en 2019, quelques étudiants sont venus au Palais des Nations en tant que stagiaires pour mener des recherches et des entretiens afin de réaliser un court métrage sur la prise en compte des considérations de durabilité et d’écologie dans la conception et la construction du nouveau bâtiment H.

Regarder la vidéo sur les caractéristiques durables de conception et de construction du nouveau bâtiment H.

Le projet 100Elles* sur le genre et l’égalité met à l’honneur 100 femmes, personnes intersexes et personnes marginalisées du fait de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, qui ont en commun d’avoir concouru au développement de la ville de Genève.
Il a été lancé par l’Escouade, collectif féministe basé à Genève, en collaboration avec la ville de Genève.

HELVI SIPILÄ

Margaret Bruce (à gauche) avec Helvi Sipilä (à droite) (Photo ONU)

Helvi Sipilä : la première femme Sous-Secrétaire générale de l’ONU

Helvi Sipilä (1915-2009) a été Sous-Secrétaire générale de l’ONU de 1972 à 1980. Elle est la première femme à avoir occupé un poste aussi prestigieux, à une époque où 97 % des responsables de l’ONU étaient des hommes.

Mme Sipilä a grandi à Helsinki, où elle a fait des études de droit. Après avoir obtenu son diplôme, elle a pratiqué le droit et a exercé la fonction de juge, notamment à la Cour suprême de Finlande. En 1954, elle a été élue à la tête de la Fédération internationale des femmes juristes. Elle a ensuite intégré la fonction publique internationale et a représenté la Finlande auprès de divers organismes des Nations Unies dans les années 1960 et 1970.

En 1972, Mme Sipilä a été nommée Sous-Secrétaire générale de l’ONU. Elle a dirigé le Centre pour le développement social et les affaires humanitaires et a été Secrétaire générale de la première Conférence mondiale sur les femmes. En 1975, elle a joué un rôle décisif dans la création du Fonds de développement des Nations Unies pour la femme.

Après son mandat à l’ONU, Mme Sipilä est restée active sur la scène internationale, en particulier dans le contexte de l’Association mondiale des guides et des éclaireuses. Elle fut la première femme à se présenter à l’élection présidentielle en Finlande, en 1982.

Les stagiaires au service du système multilatéral

© ONU Photo - Josie Bauman

Pour célébrer son soixante-quinzième anniversaire, en 2020, l’ONU va lancer la plus grande discussion mondiale jamais organisée sur le rôle de la coopération internationale dans la construction de l’avenir que nous voulons.

À l’ONU Genève, les stagiaires occupent des fonctions diverses et acquièrent une expérience et des connaissances précieuses qui leur permettront peut-être d’entamer une carrière dans la fonction publique internationale et, partant, de renforcer le système multilatéral.

La Directrice générale, Tatiana Valovaya, et plusieurs stagiaires ont échangé leur point de vue sur la manière dont les organismes de l’ONU peuvent continuer à être des agents du changement dans le monde.

En 2019, l’ONU Genève a accueilli 75 stagiaires (22 hommes et 53 femmes) de 30 nationalités différentes.

 

« Nous devons nous rappeler que notre monde est indivisible et que le but recherché avec la réalisation des objectifs de développement durable est de ne laisser personne de côté » a déclaré la Directrice générale avant de souligner la nécessité de renforcer la confiance, la solidarité et les partenariats à l’échelle mondiale.

« Ce stage, c’est une responsabilité et un engagement énormes » affirme Shaheen Rafilal, 23 ans. « Je voulais faire quelque chose qui améliore la vie des gens, et me servir de la technologie pour bâtir un monde meilleur. »

Encourager les jeunes à devenir des agents de changement dans le domaine
du désarmement

© ONU Photo - Peter Kolarov

Associer tous les jeunes, sans exclusive, aux débats portant sur les questions clefs à l’échelle mondiale est depuis longtemps une des priorités de l’ONU Genève et du Service de Genève du Bureau des affaires de désarmement de l’ONU. L’inclusion est nécessaire pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent aujourd’hui et pour se préparer à ceux qui surgiront demain. En 2018, l’ONU Genève a publié « Le désarmement pour (et par) les jeunes », un guide destiné à aider les jeunes à mieux comprendre les questions de désarmement et de non-prolifération et à faire en sorte qu’ils s’investissent réellement dans ces domaines. Le Service de Genève du Bureau des affaires de désarmement de l’ONU s’emploie à mieux faire connaître les questions liées au désarmement, à renforcer les partenariats dans ce domaine et à échanger sur ces points avec de jeunes diplomates et scientifiques.

En 2019, l’Assemblée générale a adopté par consensus une résolution sur les jeunes, le désarmement et la non-prolifération, présentée conjointement par 84 pays, afin de consolider les efforts déployés pour assurer l’inclusion des jeunes et leur participation aux activités en faveur du désarmement mondial.

Cristóbal Gabarrón

Peintre et sculpteur, défenseur des droits de l’homme
« Je pense que la Déclaration universelledes droits de l’homme est l’instrumentle plus puissant au service de l’humanité…Si nous voulons changer le monde, nousdevons commencer par les jeunes enfants, 91 nous devons leur expliquer ce que sontles droits de l’homme. »
vidéo